Comment une tournure de phrase peut tout changer

“ - Est ce que tu peux aller me chercher ton manteau s'il te plaît/ tu peux aller chercher ton manteaux ...
- NON …”

Hum cette situation vous dit quelque chose ? Nous l’avons tous vécu je pense ! Devant cette réaction on se dit “ quoi rébellion ?! Il me teste ? Il se fiche de moi ? … Et bien NON rien de tout cela.



Bon je ne vais pas entrer dans le domaine “parentalité positive” etc… je ne suis pas là pour ça, ni pour polémiquer de tout ce que cela implique je resterai neutre sur ce sujet. Je ne vais parler que de LOGIQUE qui se fait dans la tête de notre enfant lorsque nous lui parlons.


Reprenons donc cette phrase …. “Est ce que…” ou bien “tu peux…”, qu’est ce qu'elle insinue ? Elle insinue simplement que nous posons une question à notre enfants, qu'il a donc un droit DE RÉPONSE, et une fois cette réponse faite nous nous fâchons, ou bien l’obligeons à le faire quand même. C'est assez perturbant dans la tête d’un jeune enfant de se retrouver dans cette situation, à se demander qu'a t-il bien pu faire de travers, pourquoi on ne prend pas compte sa réponse… et la cela mènera, à force, à des situations très difficiles ou il aura l’impression de devoir se battre pour qu'on prenne en compte ses opinions… tout ça, engendré par de simples tournures de phrases qui n'étaient pas adaptées et qui ne collaient pas à ce que nous voulions exprimer. C'est finalement un problème de communication plus qu’un problème d’autorité.



J’entend déjà certains se dire: Mais il faut bien qu'il apprenne les questions rhétoriques, que cette tournure de phrase ne demande pas de réponse mais est un “ordre poli”, oui effectivement il finira par l'apprendre, mais pas maintenant, pas avec ce niveau de maturation de son cerveau, tout comme il devra apprendre à remplir des papiers, à conduire ou à comprendre les sous entendues etc… cela se fera lorsque son cerveau sera capable de percevoir tout cela, vous n’allez pas, dès petit, l’obliger à tout cela, ou bien lui montrer la guerre, les morts, l’injustice de certains hommes pour lui apprendre que cela existe il finira par l’apprendre quand le moment sera venu pour lui et qu’il y sera prêt.


Vous me direz alors: Et bien il le comprendra plus tard alors ce n'est pas grave quand il le comprendra les conflits s'arrêteront… ce serais super effectivement mais non, ça ne fonctionne pas vraiment comme ça. Cette relation de frustration et d’incompréhension va s'ancrer et devenir vos habitudes, votre mode de communication et va devenir la norme de vos rapports. Tout cela à cause de “simples” phrases, lancées à la va vite, par habitude de langage. Il grandira avec cette certitude que, si vous lui posez une question, son choix ne sera pas entendu ( attention je n'entre pas, encore une fois, dans le fait qu'il doit avoir le choix sur tout, non, je parle du moment où vous lui posez une question) et aura donc envie, en grandissant d’imposer ses choix, de mentir ou autre.



Alors une règle d'or à retenir en communication avec nos enfants: “Est-ce-que ce que je dis, reflète bien ma pensée exacte” , et réfléchir chaque fois à ce que notre comportement peut sous entendre auprès de notre enfant. Etre précis sur ce que nous leurs demandons, lorsque nous disons à un enfant: “Ne me parle pas comme ça ! Arrête ça ! On ne répond pas à sa mère ! Etc…” Votre enfant se dit : “qu’est-ce qu'elle me raconte ?!!” pour lui cela n'a aucun sens, il ne comprend pas quel comportement exacte est inadapté, et ces réflexions seront donc certainement inefficaces, essayons au maximum d’être précis dans ce que nous leurs demandons ou leurs reprochons: On ne peut pas dire tel chose à sa mère car c'est impoli/inapproprié, etc… et on leur donne les preuves ce qu'on avance ce qui incite les enfants à parler avec science, à grandir en ayant cela en tête.



Idem concernant tous ces “jeux” que l’on peut voir souvent fait aux enfants où les adultes, cherchant à susciter une réaction chez l'enfant, pour rigoler leur lance: “Ce jouet c'est à moi ! Ça c’est ma maman…” tout ceci n’apprends à l'enfant que de mauvais comportements et, entre autre, l’invite à répondre non. L'enfant ne verra pas la différence entre cette phase de jeu et une autre fois où vous lui direz autre chose, tout comme dans les situations de chantage affectif, bien souvent c'est la posture de l’adulte qui fera la différence !



Alors oui, changer ses habitudes c'est difficile, et plus d’une fois ce genre de tournure de phrase s'échappera de votre bouche, mais petit à petit, avec efforts, vous vous corrigerez. Et, lors de ces situations, dites à votre enfant: “ Excuse moi, je me suis mal exprimée, ce n'est pas ce que je voulais te dire… “ Dites à votre enfant que ce n'est pas une non-prise en compte de sa réponse que vous exprimez, mais que vous vous êtes rendu compte que vous vous étiez trompée de tournure de phrase. Rappelons nous que nous sommes leur modèle, qu'ils reproduisent tout ce que nous faisons et qu’ils n'ont pas encore pleine compréhension de chaque situation, de chaque terme; que c'est avec nous et de nous qu'ils apprennent. Réfléchissons donc à ce que nous voulons leur apprendre, comment nous voulons qu’ils fonctionnent et agissons nous même de la sorte.

212 vues